0427599324 moca@mocabois.fr

Des péjugés dans la construction bois ?

Découvrez qu’elles sont les à priori liés à la construction de maisons et bâtiments en bois.

La maison bois, c’est tout bois

Vous passez sans doute tous les jours devant des maisons dont vous ne vous doutez pas qu’elles sont en bois ! Les architectures chargées et mono-apparentes du chalet traditionnel 100% bois ne sont plus l’unique solution. D’aspect extérieur, la structure peut être revêtue d’un crépi, de panneaux minéraux, d’habillage métallique et bien sûr de bardage bois de toutes finitions. A l’intérieur c’est le même raisonnement, la partie chaleureuse du bois peut-être minime et ainsi mixée avec des parements type placoplatre, enduit, pierre de parement, carrelage mural.

En résumé, l’architecture et le design général deviennent très variés, épurés, le côté chargé et l’esprit parfois trop montagnard connoté par le bois est loin d’être l’application unique !

 

  Le bois ça pourrit, c’est de l’entretien

Tous les matériaux vieillissent et s’altèrent, les bases minérales (béton, brique, pierre) deviennent progressivement poreuses, les éléments métalliques s’oxydent et rouillent… Le Bois lui grise, se patine et en effet peut aller jusqu’au pourrissement s’il n’est pas traité correctement. Il convient de concevoir intelligemment, réfléchir à l’implantation et orienter le bâtiment, protéger les façades exposées. A chaque application son essence ou sa finition, l’utilisation d’un bois approprié associé à la technologie de traitement, apporte des résultats durables ! Le mélèze ou le Douglas sont par exemple naturellement résistants. Le traitement autoclave, les finitions huilées ou saturées, les lasures et peintures microporeuses, le thermo-traitement, autant de procédés qui garantiront des apparences pérennes.

La maison bois, c’est cher

En effet la connotation d’habitats luxueux et autres villas d’inspirations nordiques paraissent être hors de portée pour certains budgets. Néanmoins, des techniques industrielles comme la préfabrication des murs à ossature bois ou encore le façonnage des pièces avec des machines de taille numérique ont permis de faire évoluer les coûts de fabrication.  Cette évolution des méthodes de production alliée à la rapidité de mise en œuvre permet aujourd’hui d’être compétitif face à une maison standard maçonnée. Il y aura tout de même une plus-value pour une maison en ossature bois mais cet écart de prix vous permettra de réaliser des économies d’énergie sur le long terme grâce aux fortes qualités d’isolation thermique des maisons à ossature bois (Plus d’informations ici). Associé aux économies d’énergies en chauffage, à la régulation naturelle de l’humidité ambiante, et au confort général, la maison bois à de nombreux atouts face à une demeure traditionnelle !

 

 

La maison bois, c’est bruyant  

Les ondes sonores transitent par les différents matériaux qui composent le bâtiment. Les bruits d’impact sont transmis par les planchers et la toiture, les nuisances d’ambiance sont principalement transmises par les murs et menuiseries. Afin de réduire la propagation des différents sons, il faut mixer les matériaux et les densités. Allier un matériau dense tel qu’une chape béton liquide ou sèche et un matériau à faible densité comme les panneaux en fibre de bois permet d’obtenir une isolation sonores optimale en plancher.  De plus, il faut éviter tout «vide» créant une «caisse de résonnance» au sein des parois, mais également moduler les épaisseurs et la typologie d’isolant dans la composition des complexes de mur, toiture et cloison. Comme les autres types de construction, si l’on respecte certaines règles de réalisation, la maison bois est aussi performante au niveau phonique !

 

 

La maison bois, ne résiste pas au feu

La structure en bois d’une maison a de nombreux avantages face au feu. Le bois à une très bonne résistance au feu, en effet le bois se consume lentement (0.6mm / minute) et sa fragilité est progressive. Le matériau conserve ses propriétés de résistance et peut assurer plus longtemps la stabilité de l’édifice. La structure bois résiste et permet ainsi d’évacuer les lieux plus facilement. A l’inverse, le béton et les structures métalliques éclatent et partent en torsion, la rupture est soudaine.

 

 

La construction bois, acteur de la déforestation !

La filière est sensible à la gestion durable de ce matériau noble. Son exploitation est régulée et normée par plusieurs labels tel que FSC/PEFC. Gérer durablement la forêt, éclaircir et sélectionner les bois, couper et replanter, c’est finalement créer un cycle de régénérescence. La surface forestière française a augmenté de plus de 20% entre 1985 et 2015 en passant de 14 à 17 million d’hectares. Les acteurs de cette même filière travaillent main dans la main, du bûcheronnage en passant par la première transformation du bois jusqu’à l’ultime finition de votre maison, l’utilisation doit être intelligente et adaptée. Les essences de bois résineux utilisées dans la construction sont celles qui composent principalement nos forêts (épicéa, sapin douglas, mélèze), également certaines essences de bois «blanc» (hêtre, frêne, chêne). La sélection doit être la plus locale possible, il convient de fortement limiter les choix et applications des bois exotiques (Ipé, red cedar, Niangon…) qui nécessitent une importation, un transport coûteux, et une gestion pas toujours contrôlée.